L’olivier  dans tous ses états

Avant  1956, la culture de l’olivier représentait à peu prés 350 hectares, soit la moitié de la  surface de la garrigue actuelle. C’était avant tout une culture d’appoint pour les agriculteurs et les propriétaires d’olivettes qui étaient encore nombreux, elle apportait un peu d’argent les bonnes années et suffisamment  d’huile pour la famille les mauvaises années.

Les gelées de 1956 (temps de -25 ° pendant plusieurs jours précédés par un mois de janvier chaud) ont totalement détruit les oliviers. Il a fallu repartir à zéro, receper, retailler, regreffer, et devant cette immense tache beaucoup ont abandonné et il ne reste plus actuellement qu’une dizaine d’hectares cultivés par des passionnés d’oliviers et de garrigues.

Les conséquences  immédiates de ces abandons seront une déprise agricole entrainant un  reboisement complet de la garrigue (maquis impénétrable) avec des risques accrus d’incendie l’été et de ruissellement vers le village à l’automne. La flore et la faune seront aussi modifiées, on observe aujourd’hui une recrudescence du pin d’Alep une diminution des truffières naturelles, la disparition du petit gibier au profit du sanglier.

Voici 13 ans maintenant, fort  de cette constatation, l’association Garrigues Font des Chiens a mis en place une opération de réhabilitation d’oliveraies en friche  avec la collaboration financière de la préfecture du Gard sur un budget du fond de gestion de l’espace rural. Les fonds obtenus ont permis un  travail de nettoiement, de débroussaillement, de taille et de recepage d’oliviers sur 7 hectares d’oliveraies sur le domaine privé. Cette réhabilitation  a été faite entre les 4 chemins et l’autoroute.

 Aujourd’hui pour faire progresser le déboisement l’association continue son soutien aux propriétaires d’oliviers par des informations techniques dispensées sur le terrain en mars, sur la taille, la greffe, les techniques de recépage, les espèces à conserver lors d’un déboisement, l’implantation de truffière  etc.….

Vous pourrez trouver un complément d’information sur la conduite de la culture de l’olivier et télécharger le guide de l'oléiculteur   sur le site de l’AFIDOL à l’adresse :  http://www.afidol.org

                                                    Denis Merlo